L’acquisition de la propreté

0
51
aquisition propreté

C’est une étape importante dans la vie d’un enfant. Elle le fait entrer dans le statut du grand et le conduit vers une forme majeure d’autonomie. L’accompagnement à l’acquisition de la propreté peut commencer entre 18 et 20 mois.

Le contrôle des selles

L’apprentissage de l’élimination des selles est plus simple que celui de l’élimination des urines.

Le contrôle des urines

Il se fait généralement plus progressivement que le contrôle des selles, car l’enfant va uriner à tous les moments de la journée, et une à plusieurs fois la nuit. Certaines conditions facilitent cette période de transition : dans un premier temps, le pot doit être à disposition immédiate de l’enfant.

Les différents types de pots

Au début de l’apprentissage, il est conseillé d’utiliser un pot individuel. Plus tard, il est possible d’utiliser un adaptateur qui se pose sur la cuvette des toilettes.

Conseils à retenir pour l’accompagnement de la propreté

Il ne faut pas brusquer l’enfant, il faut attendre que l’enfant soit prêt. Bien que beaucoup d’enfants maîtrisent la plupart des attitudes nécessaires entre 18 et 30 mois. L’acquisition de la propreté peut-être plus longue pour certains enfants. Elle peut même aller jusqu’à la 4e année de l’enfant.

 

Si vous commencer le processus avant que l’enfant soit prêt, vous pouvez causer un sentiment de déception, de frustration et de honte chez l’enfant. Il y aura probablement des retards dans le processus de l’acquisition de la propreté.

 

Si votre enfant n’est pas propre avant la rentrée en maternelle, ne vous inquiétez pas en voyant ses camarades aller aux toilettes, il suivra le rythme naturellement.

 

  • Il est important de repérer les bons moments pour débuter l’apprentissage :

 

  • Il peut rester au sec pendant au moins 2h ou que sa couche n’est pas mouillée au réveil.
  • Il demande à utiliser le pot.
  • Il peut marcher jusqu’au pot, il garde son équilibre une fois assis sur le pot.
  • Il arrive à suivre des instructions simples.
  • Il manifeste un désir d’apprendre.
  • Il a le désir de faire plaisir et d’imiter ses parents.
  • Il veut être indépendant.

 

  • Il faut également reconnaître les signes montrant que l’enfant est sur le point d’uriner ou de déféquer. Il est important de reconnaître les mimiques ou son langage corporel ou la communication verbale que l’enfant peut utiliser pour demander d’aller aux toilettes.

 

  • Il est très important d’expliquer à l’enfant à quoi sert le pot.

 

Il est important de familiariser l’enfant avec le pot quelques semaines avant le début de l’apprentissage, en lui montrant, on lui laissant observer et le toucher, en lui expliquant le plus naturellement et clairement possible à quoi il sert.

 

Vous pouvez utiliser plusieurs astuces comme en lui expliquant que c’est comme les grands ! Vous pouvez également placer la couche souillée dans le pot pour lui montrer clairement la fonction du pot. Présentez-lui le pot comme un objet lui appartenant. Ainsi, le moment venu, il ne sera pas étonné de s’y installer.

 

Il faut tout d’abord que l’enfant comprennent l’usage et qu’il en maîtrise le processus : c’est-à-dire mentionné qu’il veut aller aux toilettes, se déshabiller ; aller aux toilettes et s’essuyer ; se rhabiller ; tirer la chasse d’eau ; se laver les mains. Toutes ces étapes vont mettre un certain temps à être acquise, mais grâce à votre accompagnement en quelques mois, il est possible d’acquérir tous ces processus sans frustrer l’enfant.

 

Pour ne pas le brusquer, allez-y par étapes :

 

  • Dans un premier temps, vous pouvez l’encourager à s’asseoir même tout habillé.
  • Par la suite conduisait le au pot sans couche.
  • Félicitez-le lorsqu’il veut aller sur le pot.
  • Tenez lui compagnie dans ses débuts.

 

Si l’enfant est terrorisé à l’idée d’aller sur le pot. Laissez l’apprentissage de côté pendant un certain temps et laissez-lui le temps de s’habituer à cette idée et de se l’approprier.

 

  • Il est important d’avoir un rythme régulier : l’apprentissage sera facilité s’il est associé à des activités qui suivent un rythme régulier : par exemple avant de dormir (sieste et coucher), au réveil, avant et après les repas.

 

Cela permet à l’organisme de structurer des habitudes, de façon à ce que l’enfant apprenne à contrôler sa vessie et ses intestins en quelques semaines.

 

Lors des petits accidents, restez calme !

 

Les résultats ne seront pas immédiats et préparez-vous à rencontrer des petits accidents. Même si l’enfant semble propre depuis plusieurs jours, restez calme ! Confiant et patient, et surtout éviter les cris, les menaces et les punitions ne régleront pas ces petits soucis mais auront sûrement l’effet contraire.

Surtout, n’oubliez pas de féliciter l’enfant à chaque fois qu’il réussit à franchir une nouvelle étape.

Il est important de passer par le jeu, pourquoi ne pas mettre en place un tableau de propreté : https://www.wizzelite.fr/comment-rendre-son-enfant-propre-de-facon-ludique.

Vous pouvez retrouver plus d’information sur ce sujet avec le lien ci-dessus.

Les étapes de l’acquisition de la propreté

Voici un tableau récapitulatif des âges moyens d’acquisition de la propreté.

Âges Urines Selles Actions
Naissance à 18 mois Incontinence Incontinence L’enfants ne contrôlent pas son élimination. Il porte des couches.
18 mois Incontinence Incontinence L’enfant peut indiquer que sa couche est mouillée.
20 à 24 mois Début de continence Continence Les mictions nocturnes se régularisent progressivement. L’enfant peut prévenir lorsqu’il a fait une selle.
2 ans Continence Continence Maîtrise du sphincter anal. Ressent l’envie d’uriner et réclame le pot. Il porte encore des couches la nuit.
3 ans Continence Continence Maîtrise du sphincter vésical le jour. Il porte des couches la nuit.
3 ans et demi Continence Continence Maîtrise du sphincter vésical la nuit. Il ne porte plus du tout de couches. Ne pas s’inquiéter si l’enfant ne contrôle pas ses urines la nuit avant ces 5 ans.

 

Retard et régression dans l’acquisition de la propreté

Parfois, l’enfant met plus de temps à être complètement propre soit parce qu’il n’a pas réussi à maîtriser ses sphincters, soit parce qu’après avoir réussi, il se remet à ne plus les contrôler.

L’énurésie

L’énurésie primaire : C’est lorsque l’enfant n’a jamais réussi à maîtriser complètement sa vessie.

Plusieurs causes isolés ou associés peuvent l’expliquer :

  • L’enfant souffre d’une maladie telle une mal formation, une infection urinaire, un diabète.
  • Un retard physiologique des réflexes neuromusculaires contrôlant la vessie.
  • Une trop faible sécrétion nocturne d’hormones antidiurétique, chargé de ralentir la production d’urine.
  • Une difficulté à se réveiller quand l’enfant sent que sa vessie est pleine et qu’il faut aller la vider.

L’énurésie secondaire : apparaît après une période de propreté acquise pendant 3-6 mois. Elle exprime toujours une souffrance, un mécanisme de régression d’opposition, face à un événement mal vécu. L’enfant n’a plus vraiment envie de grandir, il veut rester petit pour qu’on s’occupe de lui comme un bébé.

L’encoprésie

Il s’agit de l’absence de contrôle du sphincter anal. On n’en parle pas avant l’âge de 5 ans. Elle peut également être primaire et secondaire. C’est un symptôme plus préoccupant que l’énurésie.

Elle se traduit aussi par une souffrance psychologique, elle choisit un mode d’expression beaucoup plus violent et asocial.

Vous connaissez maintenant plusieurs informations importantes pour mettre en place le processus de l’acquisition de la propreté avec votre enfant.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here