Alain Duménil, mécène et amateur de théâtre

0
105
Alain-Dumenil-

Alain Duménil est un homme d’affaires connu pour avoir fait ses débuts dans la finance et avoir su diversifier ses avoirs avec le temps. Il est aussi connu pour ses œuvres en faveur de la promotion de la culture. En effet, le natif de Neuilly-sur-Seine est un grand passionné de la culture en général et pratique le mécénat au quotidien. Son appétence pour la culture le différencie ainsi de la plupart des hommes d’affaires qui n’investissent que dans des projets rentables. Pour en savoir davantage à ce sujet, voici plus de détails sur les activités de mécénat d’Alain Duménil.

L’acquisition des éditions de L’Herne

Alain Duménil commence à s’investir dans le mécénat à partie de 2003. Grand amateur de culture, il reprend les éditions de L’Herne. Fondée dans les années 1960, il s’agit d’une maison d’édition indépendante située à Paris. Cette maison d’édition attire donc l’attention de l’homme d’affaires qui s’y investit et introduit des idées nouvelles opposées au courant de pensée de l’époque.

La création du prix Duménil

Alain Duménil continu son aventure dans le mécénat en créant un prix de littérature qui porte son nom. En 2007, le prix Duménil voit le jour et a pour objectif de récompenser une œuvre produite par un auteur français. Le prix est décerné annuellement, au mois de juin et concerne les œuvres publiées entre janvier et avril de la même année. L’auteur à qui est décernée cette œuvre reçoit aussi une bourse de 60 000 euros.

C’est ainsi qu’en 2007, pour sa première édition, tenue à l’Hôtel Montalembert, le prix Duménil est décerné à Anne Wiazemsky et à Philippe Sollers. La première reçoit ce prix pour son récit biographique « Une année studieuse » et le second pour son livre « L’éclaircie », tous deux parus aux éditions Gallimard.

Par la suite, le prix Duménil sera décerné à Jérôme Garcin pour son livre « Son excellence, monsieur mon ami » paru en 2008. En 2009, c’est Charles Dantzig qui est lauréat du prix pour « Encyclopédie capricieuse de tout et du rien ». En 2010, Franz-Olivier Giesbert reçoit le prix Duménil pour « Un très grand amour ». Patrick Besson reçoit ce prix en 2011 pour son œuvre « Come Baby » paru aux éditions Mille et Une Nuits.

Une passion pour le théâtre

Le mécène Alain Duménil va aussi s’intéresser au théâtre dans les années 2000. Ainsi, il va acquérir le Théâtre de Paris de la Blanche de Paris. Ce théâtre possède une salle capable d’accueillir près de 1 100 spectateurs. Dans la foulée, il acquiert également le Petit Théâtre de Paris avec sa salle de 300 places. Cependant, il revend ce théâtre à Jacques-Antoine Granjon, propriétaire du site Ventes-privées.com.

Une présence notable dans la presse

Loin de se limiter à la culture, Alain Duménil va également investir dans la Presse en devenant le propriétaire du groupe de presse Agefi SA en 2009. Il s’agit d’un quotidien économique suisse racheté à GSMN à 4 millions d’euros. En 2014, l’homme d’affaires essaie de racheter le quotidien « Le Temps » mais n’y parvient pas.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here