Patrick Legembre, spécialiste reconnu dans la lutte contre le cancer du sein et le lupus

0
116
patrick-legembre-univ

Patrick Legembre est le directeur de recherche l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM) depuis février 2020. C’est l’un des plus jeunes qui ont occupé le poste de directeur de recherche de l’organisme. Découvrez donc le portrait de ce scientifique doublé d’un chercheur hors-pair.

L’expertise du chercheur dans la détection des cancers triples-négatifs est reconnue dans le monde entier. Ainsi, ses recherches sont publiées en 2011 dans les revues américaines « PLOS Biology » et « Proceedings of the Nationl Academy of Sciences » (PNAS). Par ailleurs, il développe ses recherches ainsi que ses travaux sur les cancers triples-négatifs à travers son ouvrage « CD95 : Methods and Protocols » en 2018. D’autre part, il a publié plus de 70 articles dans son domaine de recherche. En parallèle, il a reçu de nombreuses récompenses comme le prix Avenir Ruban Rose en 2016 ou encore le prix Jean Valade de la Fondation de France en 2018. Enfin, il est membre de plusieurs sociétés académiques, telles que le National Scientific council INSERM, le National Scientific Council INCa PLBIO, ou le National Scientific Council Ligue Contre le Cancer National.

Le parcours professionnel de Patrick Legembre

Après sa formation en compagnie du professeur Marcus Peter, il occupe le titre de professeur associé et chargé de recherche à l’INSERM. Grâce à son talent hors du commun, Patrick Legembre décroche le titre de Directeur de Recherche auprès de l’INSERM ou Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale.

Un passionné des recherches

C’est le 1er octobre 1974 que Patrick Legembre est né à Bordeaux. Ce fils d’ingénieur du Centre d’Études Atomiques (CEA) obtient son bac C à 18 ans au lycée d’Andernos. Il décroche un master à l’Université de Bordeaux en 1998 et poursuit ses études en vue d’obtenir le doctorat en 2002. Par la suite, il part aux États-Unis pour suivre un post-doctorat à l’University of Chicago.

Il s’agit d’une des plus prestigieuses universités de la planète. Pendant plus de 2 ans, il y bénéficie de la supervision du Professeur Marcus Peter. Dans ce cadre, il étudie en particulier le processus métastatique induit par les récepteurs de mort. Après avoir terminé ses études aux États-Unis, il rentre à Bordeaux afin d’y créer son propre groupe de recherche. Il poursuit ses recherches et crée une nouvelle équipe à Rennes en 2010. La même année, il décroche le brevet « Compositions for potentiating apoptosis signals in tumour cells ». Entre-temps, en 2008, il intègre le conseil scientifique de l’INSERM qui va quitter en 2012. En parallèle, il est éditeur associé au journal « Recent Patent on Anti-Cancer Drug Discovery », et ce, de 2009 à 2018. Il devient en 2011 le Directeur du Centre de Cancer Eugène Marquis qui est basé à Rennes avant d’accéder au poste de directeur de recherche de l’INSERM en février 2020. Au printemps 2020, il crée une autre équipe de recherche à Limoges.

Un expert du métastatique de CD95

Dès ses premiers pas dans la recherche, Patrick Legembre s’est orienté vers le cancer du sein. En fait, il axe depuis plus de 15 ans ses recherches sur un récepteur de mort dénommé CD95 (Fas) et son ligand CD95L (FasL). Il étudie plus précisément les cancers triple-négaifs qui sont des tumeurs encore plus agressifs que ceux que l’on rencontre habituellement. Ces tumeurs concernent essentiellement les jeunes femmes et affichent un important taux de rechute. Sachant que le cancer du sein a touché 48 000 femmes en 2012, entre 10 et 20 % des cas sont considérés « triples-négatifs ». Ce type de cancer est associé à un mauvais diagnostic ainsi qu’à des alternatives thérapeutiques limitées et à une hausse du risque de métastases. Les chercheurs de l’équipe de Patrick Legembre ont pu découvrir le cl-CD95L qui est marqueur du risque de rechute et de métastases. Ce qui devrait permettre d’améliorer les symptômes cliniques de la progression du lupus. Ils ont même mis au point le DB550 qui est un médicament destiné à bloquer le rôle pro-inflammatoire du CD95L. Notons que ce médicament a donné des résultats encourageants sur les souris.

Video : https://www.youtube.com/watch?v=RsNS79VR61Y

Ses récompenses obtenues

Patrick Legembre a réalisé de nombreux ouvrages scientifiques internationaux. En effet en 2011, deux revues américaines publient les recherches du scientifique:

  • plos biology
  • proceedings of the national academy of sciences

Récompensé à plusieurs reprises, Patrick Legembre  a reçu le prix:

  • du meilleur jeune scientifique en 2007
  • du meilleur jeune scientifique en 2012
  • de la ligue contre le cancer en 2007 et 2012.
  • le titre « Avenir Ruban Rose » en 2016
  • fondation banque populaire de l’ouest avenir.
  • Jean Valade de la Fondation de France.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here